Film: Julie & Julia / Beaucoup de beurre.

Souvent l’été, il y a toujours une période où je perds complètement le goût de cuisiner. Je blâme un peu la chaleur, un peu ma lâcheté, je blâme beaucoup mes allergies/intolérances alimentaires qui m’empêchent de juste dévorer une salade croquante remplie de légumes frais du marché avec une huile d’olive et un filet de balsamique, mais c’est sûrement autre chose. Un trop-plein de recettes à essayer pour une si petite partie de l’année.
Je viens de terminer le film Julie & Julia mettant en vedette la flamboyante Meryl Streep (vous comprendrez si vous écoutez le film, elle est complètement disjonctée) dans le rôle de la pionnière culinaire américaine Julia Child. (J’ai l’air de savoir de qui je parle, mais c’est faux, je n’avais aucune idée de qui était Julia Child jusqu’à cet après-midi.) Nous suivons donc le parcours de la dame un peu partout en Europe et aux États-Unis lors de la rédaction et de la publication de son livre pratiquement encyclopédique sur la cuisine française ajustée pour les Américains. En parallèle, nous suivons aussi l’aventure d’une blogueuse américaine, Julie Powell, qui cuisina les 524 recettes de Julia Child sur une période de 365 jours, au péril de son mariage, de sa ligne et de sa santé mentale (par moments).

On découvre que Child était un personnage en soi, par son rire exagéré et par la joie de vivre qu’elle avait de manger et de cuisiner. Meryl Streep a dû écouter beaucoup de vidéos sur youtube de Julia Child pour arriver à s’y coller de la sorte. ;) Sans farce, allez voir, c’est très comique de voir les shows de cuisine des années 60, mais, qu’on se le dise, dans la forme ça n’a pas beaucoup changé. Les chefs sont plus cutes par contre… (Jamie Oliver, Chuck Hughes. genre.)

Voilà, même si ce n’est pas une oeuvre cinématographique à vous jeter par terre, c’est super intéressant de voir le parcours de femmes qui ont créé une certaine vie culinaire comme nous la connaissons aujourd’hui, sans molécules ni chefs-cuisiniers-samouraïs, juste de la technique, des aliments frais… et du beurre. Beaucoup de beurre. Pour ma part, ça m’a réconciliée avec ma cuisine, celle un peu toute croche, avec des tiroirs trop petits et pas de place pour les satanés plats de plastique. Au fond, tant que j’ai du beurre…

Julie & Julia (2009), film de Nora Ephron, à partir des livres de Julie Powell (Julie & Julia) et de Julia Child (My life in France).

Et comme dirait l’autre: Bon appétit!

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s