Les parfaites (ou presque)

Pour commencer, disons seulement que je passe beaucoup de temps sur internet durant une semaine (lire ici: trop de temps). Je visite quotidiennement une panoplie de blogues, certains depuis plus de deux ans. Loin de moi l’idée de dénigrer les concepts derrière certains d’entre eux, au contraire, c’est super pour découvrir plein de trucs en tout genre, de recettes, de projets de création, de boutiques. C’est aussi formidable pour créer des besoins, beaucoup de besoins! Mais en même temps, c’est particulièrement malsain. Certaines blogueuses nous parlent sans fin de leurs familles parfaites, de leurs supers maisons, grandes et blanches et propres et bien décorées et super aérées, et bien situées dans un quartier avec plein de marchés de légumes-parfaits-même-pas-de-p’tite-pocs-dessus, et souvent (TOUJOURS) avec photos à l’appui.

On les déteste… presque autant qu’on les aime.

Pour illustrer le tout, visitons:

Bleubird, avec ses (quatre) enfants parfaits, qu’elle éduque elle-même à la maison, son amoureux rocker et mention spéciale à sa petite Gemma Bird qui est juste croquable. (Secrètement, je modèle l’enfant que j’aurai peut-être sur cette petite.)

Les deux soeurs d’A beautifull mess, avec du talent pour n’importe quoi: rénovation, décoration, cuisine, chant, name-it, c’est sur qu’elles sont capables de le faire. Elles sont belles aussi, et ont plein de sacoches.

Elise Blaha; enceinte jusqu’aux yeux ces temps-ci, avec son Paul parti à la guerre et sa maison avec un plafond cathédrale, pis des peintures, pis toute, pis toute.

C’est léché. C’est beau, de la belle vie en HD.

Mais ça nous laisse quoi nous, les vraies filles, les vrais couples, avec des 3 et demi au sous-sol, pas de balcon, pas de place pour mettre des fines herbes, parce que dans l’appart, ça fait des bébittes, pis on ne veut pas cohabiter avec des bébittes, (y’a déjà que l’autre jour j’ai vu une scutigère chillé dans la salle de bain, et j’en rêve la nuit)? Ça nous laisse quoi nous, qui vivont parfois des jours gris, des jours de pleurs et des jours d’angoisse? Ça laisse un goût amer…
Mais on peut se consoler, on a beaucoup moins de pression que toutes ces filles au fond, pas besoin d’être parfaite, parce que les seuls témoins de notre univers, sont ceux qui nous côtoient, qui nous connaissent et qui savent que peu importe la grandeur, couleur et aération de notre appartement, peu importe la grandeur de notre walk-in et du nombre de marchés à proximité, nous restons les mêmes. Un peu tout croche, avec des kids à moustache de jus de raisins, pis des tablettes dans le couloir qu’on veut poser depuis le dernier déménagement, mais que finalement ça vaux pas la peine parce qu’on va redéménager dans trois mois… C’est peut-être plus ça la vie aussi… Mais bon, quand on y pas trop de coeur et d’analyse, on peut bien leur voler toutes leurs idées pour rendre notre chez-soi plus beau, mais oubliez ça, ça sera jamais si aéré. ; )

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s